Lettre de l’Archevêque pour le carême 2019

Chers frères et soeurs dans le Christ,

Durant ce carême, je vous invite à mettre l’accent sur la prière en famille. Cela renforcera votre vie familiale, favorisera la sainteté personnelle et fera progresser la paix dans le monde.

Je crois fermement que «la famille qui prie ensemble reste ensemble». Il est essentiel que les familles partagent leurs repas ensemble, discutent des événements de la journée et prient.

Les enfants qui prient avec leurs parents apprennent à porter leurs joies et leurs peurs à Dieu. Ils grandissent dans la paix et la confiance – une bénédiction qui touche toute la famille.

La prière quotidienne en famille serait l’idéal, mais je suggère à votre famille d’y consacrer au minimum 15 à 30 minutes tous les lundis durant le carême. Priez le chapelet, méditez et échangez au sujet de l’évangile du dimanche à venir et demandez des grâces pour vous, votre paroisse et votre diocèse. Cela unira l’Église d’Ottawa dans la prière.

Si vous vivez seul(e), je vous exhorte à passer régulièrement un moment de prière avec d’autres paroissiennes ou paroissiens ou avec des voisins.

Un fruit particulier qui découle de la récitation du rosaire est la paix intérieure. Grâce à l’intercession de Marie, notre Mère, cette paix peut se répandre à travers le monde.

Le carême devrait nous permettre de célébrer le mystère pascal avec un cœur et un esprit renouvelés. C’est par une conversion de cœur que nous cherchons la sainteté de cette vie commencée dans notre union avec le Christ à notre baptême.

Outre la prière, Jésus a recommandé à ses disciples deux autres pratiques bibliques fondamentales pour le carême : le jeûne et l’aumône.

Pour les catholiques, le jeûne du carême se vit par la consommation d’un seul repas complet – ainsi que l’abstinence de viande – le mercredi des Cendres et le Vendredi saint. En souvenir de la mort de Jésus, le vendredi saint, vous êtes invités à ne pas manger de viande les autres vendredis du carême.

Vous pouvez réorienter l’argent économisé grâce à de petites privations en faisant aumône – en aidant les pauvres, que ce soit ceux qui sont proches de nous grâce à une organisation caritative locale ou ceux qui se trouvent dans les pays du Sud via Développement et Paix.

Le carême nous recentre sur le pardon des péchés que Jésus a mérité pour nous par sa mort sur la croix et sa résurrection à une vie nouvelle. Je vous encourage à prendre avantage de la grâce merveilleuse que procure une confession personnelle durant le carême.

Joignez-vous à moi sur ce chemin qui nous mènera à Pâques et dans ce renouveau personnel. Ensemble, grandissons dans l’amour du Christ, qui est tout pour nous.

Vôtre en Jésus-Christ,

Terrence Prendergast, s.j.
Archevêque d’Ottawa

0 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *