Dimanche de Rameaux et de la Passion

Paroisse Saint-Jean-Baptiste – Ottawa https://sjb-ottawa.org

Que pensez-vous de notre célébration des Rameaux ? — Elle me paraît à mille lieues du triomphe décrit par Marc.  Mais peut-être exagère-t-il un peu la foule enthousiaste qui acclame le Messie, descendant de David et béni du Seigneur.  Peut-être n’étaient-ils, comme ici, qu’une poignée de disciples interdits de chanter.

Faudrait-il s’en plaindre ? — N’est-ce pas plutôt une chance, une invitation à gagner en profondeur, en intériorité.  Les rameaux n’ont de sens que s’ils expriment la foi de ceux et de celles qui les brandissent.  Accrochés près de la croix dans nos maisons, ils témoi-gnent de notre vocation de baptisés.

Pour Marc, l’entrée des Rameaux est un prélude.  C’est en vivant sa Pâque que Jésus se révèle vraiment Messie Béni de Dieu.  La semaine sainte est un prélude qui engage notre vie.  C’est en le suivant sur cette route de la confiance jusqu’au bout de soi-même que nous le reconnaissons et devenons ses disciples.

Nous refaisons des gestes millénaires.  Pas un mime, une mémoire vive.  Nous écoutons la passion et rencontrons notre Seigneur, descendu jusqu’à nous pour nous élever à son Père.  Amour infini donné au monde.  Christ-Roi consacré par un parfum de grand prix, enseveli, en bonne odeur de résurrection.

En écoutant la Passion, les 1ers chrétiens reconnaissaient leur Seigneur.  Dans le Fils de l’homme qui se livre lui-même, Agneau  immolé pour la multitude.  Dans le bon berger qui donne sa vie pour rassembler ses brebis dispersées.  Surtout, dans l’obéissance filiale de sa prière, à Gethsémanie et sur la croix : « Abba, Père, que ta volonté soit faite… ».

Comme nous, les 1ers chrétiens écoutant la Passion devaient bien y reconnaître un peu leurs fragilités, leur difficulté à être disciples dans les âpretés de leur époque et de leur monde.  Ils se voyaient peut-être comme celui qui trahit par méfiance ou convoitise.  Comme celui qui renie la fidélité jurée.  Ou bien comme ceux qui fuient de peur d’être jugés, moqués et méprisés.  Ou peut-être encore comme les quelques femmes qui regar-dent de loin sans oser approcher…

Les chrétiens de tout temps veulent surtout se reconnaître dans le cri de foi lancé par le centurion : « Vraiment, cet homme était le Fils de Dieu ! »  Même pécheurs, ils veulent s’approcher de Jésus en toute confiance, avec les larmes de Pierre.  Ils veulent le chercher avec la bonne odeur de leur compassion pour les pauvres.  Sans regarder seulement à eux-mêmes, ils veulent se comporter comme on fait dans le Christ Jésus qui a pris sur lui nos misères et s’est chargé de nos péchés.  Comme lui, ils veulent se laisser éveiller chaque matin par la parole.  Avec la générosité Simon de Cyrène, ils veulent porter la croix avec ceux et celles qui sont trop seuls et n’en peuvent plus.

En écoutant et méditant les récits de la Pâque de Jésus, les chrétiens de tout temps ont peu appris dans la foi à contempler le Christ vivant qui leur ouvre la route.  Ils ont peu à peu appris à se laisser brûler de la même passion qui ressuscite.  À devenir la voix de sa louange dans leurs assemblées.  À porter son nom et à le proclamer au monde en actes et en paroles.  Saurons-nous, comme eux, nous tenir au pied de la croix avec nos pau-vretés, ouvrir l’oreille, nous  laisser instruire et envoyer comme le disciple qui écoute ?

Avec toute l’Église, nous entrons dans la  semaine sainte.  Nous allons commémorer la Passion du Christ pour qu’il nous fasse en vivre.  Demandons à Dieu de nous y préparer et conduire… « Dieu qui relèves le pauvre qui appelle, tu as élevé dans ta gloire celui qui s’est dépouillé de tout jusqu’à la mort de la croix.  Accorde-nous la grâce de croire en la puissance de l’amour seul capable de briser les portes de la mort et d’avoir part, avec le Christ, à la gloire de sa résurrection.  Lui vit et règne avec toi et le Saint Esprit, main-tenant et pour les siècles des siècles.  AMEN.

0 Comments

Add a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *